Hydrotoponymie européenne (VII): Celtique de l’ouest ou de l’est?

Article récent (derrière paywall) An Alternative to ‘Celtic from the East’ and ‘Celtic from the West’ (Fr. Une alternative au « celtique de l’est » et au « celtique de l’ouest »), par Patrick Sims-Williams Camb. Archaeol. J (2020) Première vue.

NOTE. Pour ceux qui n’y ont pas accès, vous pouvez consulter d’autres articles similaires récents du même auteur, comme Sims-Williams (2009, 2012, 2017).

Extraits intéressants (traductions automatiques, c’est moi qui souligne):

Origines du Celtique

(…) Il y a eu trois étapes principales de l’érudition: (1) les Celtes sont identifiés aux « cultures » de Hallstatt et de La Tène du premier millénaire avant notre ère; (2) puis la découverte d’inscriptions contemporaines en langue celtique (lépontique et celtibère) dans les « mauvaises » régions jette le doute sur l’identification archéologique des Celtes « ethnolinguistiques »; (3) plus récemment, cependant, ils sont associés aux cultures archéologiques de la zone atlantique de c. 3000 avant JC ou même plus tôt. Dans cet article, je soutiens que tant le nouveau modèle « atlantique » que l’ancien modèle « d’Europe centrale », bien qu’exotiques, ne sont étayés par aucune preuve solide et sont intrinsèquement invraisemblables. Je terminerai en suggérant un scénario réaliste, quoique moins romantique : « Celtique du centre ».

celtic-language-phylogenetic-family-tree
Structure phylogénétique provisoire de l’arbre généalogique celtique, selon Joseph F.Eska (2017)

Celtes de l’est?

(…) Jusqu’où le proto-indo-européen avait-il voyagé à l’ouest avant de devenir celtique ? C’était – et cela reste – un problème, car le tableau est compliqué par des preuves maladroites de mouvements celtiques vers l’est au cours de la période historique. Ainsi, les noms ethniques, de lieu et personnels manifestement celtiques de la Galatie en Turquie (Freeman 2001 ; Sims-Williams 2006) sont clairement dus aux migrations documentées vers l’est des Celtes au troisième siècle avant JC, comme le rapportent les écrivains grecs (Tomaschitz 2002, 142 –79).

D’autres migrations vers l’est soulèvent des problèmes similaires. Les Volcae Tectosages étaient installés au nord du Danube dans « les régions les plus fertiles d’Allemagne, autour de la forêt hercynienne », selon Jules César (Guerre des Gaules 6.24). Leur nom tribal est linguistiquement celtique (« chercheurs de propriété »), tout comme le nom de la forêt hercynienne (« forêt de chênes »), l’un des premiers noms de lieux celtiques attestés, déjà mentionné par Aristote; mais César est catégorique sur le fait que les Volcae Tectosages avaient migré vers l’est à travers le Rhin depuis la Gaule (Falileyev 2010, 132, 214–15, 242; 2014, 46–7; Tomaschitz 2002, 180–84), et malheureusement nous ne savons pas quel Celtic – les orateurs ont d’abord nommé la grande forêt hercynienne – comme la forêt était si vaste, ceux qui l’ont nommée en ont peut-être vécu très loin (Sims-Williams 2016, 9 n. 16).

Un autre ethnonyme oriental linguistiquement celtique (Falileyev 2010, 10, 77–8) mais problématique est celui des Boii de Bohême. Aucun auteur ancien ne prétend que les Boii étaient indigènes de Bohême. Au lieu de cela, César et Tacite rapportent qu’ils ont traversé le Rhin vers l’est dans Noricum (César, guerre gauloise 1.5) ou en Bohême (Tacitus, Germania 28), tandis que Strabon (Géographie 5.1.6) déclare qu’ils ont migré du nord-est de l’Italie vers “ les régions autour le Danube, où ils habitaient avec les Taurisques, un peuple qu’il identifie comme Celtes (Géographie 7.2.2, citant Posidonius) (…)

L’origine des Celtes du nord de l’Italie pose des problèmes similaires, et toutes les flèches sur les cartes modernes sont spéculatives, comme le notent à juste titre Cunliffe (1992, 133) et Collis (2003, 93–7; contraste Cunliffe 1997, 71–2, fig. 55– 6). Aucune preuve écrite contemporaine ne survit. Néanmoins, la tradition rapportée par Livy c. 26 av. J.-C., que les divers contingents venaient du centre-est de la France, est assez crédible, malgré sa chronologie confuse (Collis 2003, 97–8 ; Pare 1991).

expansion-celtic-peoples
Expansion hypothétique des peuples de langue celtique à l’époque de La Tène (source). Image utilisée dans Udolph (2009) car elle reflète une patrie qui coïncide à peu près avec la plus ancienne hydrotoponymie celtique.

Privé du soutien d’Hécatée et d’Hérodote, l’étiquette « celtique » de la « culture orientale de Hallstatt » doit dépendre du lieu celtique et des noms personnels. Mais ceux-ci sont attestés trop tard pour être utiles. Par exemple, Arto-briga, à 50 miles au nord-ouest de Hallstatt, est un nom de lieu celtique transparent, « ours-fort », tout comme Gabro-mago « chèvre-champ », à 30 miles à l’est de Hallstatt, mais ils ne sont attestés que tardivement sources (Ptolémée vers 150 ap. Nous ne pouvons pas supposer (avec Meid 2010, 14) que de tels noms sont anciens.

Tant en Autriche qu’à l’est de la Hongrie (Pannonie), les noms de lieux celtiques semblent former un superstrat au-dessus d’une couche plus ancienne de toponymie que Peter Anreiter appelait « Indo-européen des Alpes orientales » (Anreiter et al.2000, 115; Anreiter 2001; cf. Falileyev 2002). Si une étiquette linguistique devait vraiment être attachée à la « culture orientale de Hallstatt », « l’indo-européen des Alpes orientales » d’Anreiter serait préférable à la fois à « celtique » et plus encore à « germanique », récemment suggéré par Renfrew (2013, 216 ) en se demandant à juste titre si « les chefs Hallstatt du Heuneburg au 6ème siècle avant JC…parlait du tout une langue celtique ». Il ne faut pas oublier que les « cultures » et les langues archéologiques ne doivent pas nécessairement coïncider (cf. Lorrio et Sanmartí 2019; Sims-Williams 2012b, 441–2). Il faut également se rappeler qu’il y avait probablement beaucoup plus de langues que les langues familières comme le celtique, le germanique et l’italique. Selon Prósper (2018, 119), par exemple, « La Pannonie fait partie d’un vaste continuum linguistique dans lequel un nombre indéterminé de dialectes indo-européens était autrefois parlé ».

La densité de toponymes d’apparence celtique dans la région alpine orientale est plus faible qu’en Grande-Bretagne ou en France (Raybould & Sims-Williams 2009, 40, 57; Sims-Williams 2006, 162–6, 175, 222), et la même est vrai plus à l’est (Falileyev 2014; Repanšek 2016; Sims-Williams 2006). La nature clairsemée mais souvent militariste de ces noms de lieux orientaux suggère une colonisation relativement tardive par une élite de langue celtique (cf. Anreiter 2001, 203 nn. 702–3; Meid 2008, 189).

Contrairement à sa pénurie de noms de lieux celtiques, Noricum a beaucoup plus que sa part de noms personnels celtiques – plus pour sa taille que toute autre partie de l’Empire romain. Cela reflète vraisemblablement le statut relativement privilégié accordé aux Noricans qui se sont identifiés comme celtiques lorsque les inscriptions ont été érigées au cours des trois premiers siècles après JC, plutôt que la situation cinq ou six siècles plus tôt (Meid 2008; Raybould & Sims-Williams 2007, ix; 2009 , 37–43, 54–6). De manière subliminale, ces inscriptions impressionnantes peuvent avoir renforcé les impressions modernes selon lesquelles Noricum et sa région étaient proches de la patrie celtique. Pour cette patrie orientale, il n’y a aucune preuve précoce, comme nous l’avons vu. « Celtique d’Orient » résultait d’un argument circulaire par lequel les sources classiques telles qu’Hérodote étaient mal interprétées de manière à appliquer le label celtique à la « culture Hallstatt ».

latin-lapidary-inscriptions-celtic-sims-williams
Carte montrant la densité des inscriptions lapidaires latines dans les provinces latines de l’Empire romain contenant des noms personnels composés celtiques (en pourcentage de toutes les inscriptions lapidaires latines) : le contour montre l’étendue approximative des inscriptions étudiées. Préparation des données : P Sims-Williams; préparation de la carte: S Oppenheimer. Image modifiée de Sims-Williams (2012).

Celtique de l’Ouest?

Le texte poursuit en expliquant comment ses propres données compilées ont été mal utilisées et mal comprises dans les publications de Cunliffe:

La « forte concentration occidentale » des noms a besoin d’explications. J’ai commencé la recherche en assemblant et en cartographiant par carré de 1 degré tous les noms « celtiques », c’est-à-dire des noms qui pourraient contenir des éléments celtiques tels que DUN, BRIG (Fig. 4, ci-dessous) ou MAG. Les totaux bruts des noms « d’aspect celtique » ont été donnés carré par carré, puis présentés sous forme de pourcentages du nombre total de noms dans le carré (« d’aspect celtique » + « d’apparence non celtique ») (Sims-Williams 2006, 163–5). Étant donné que des éléments isolés « d’aspect celtique » devaient apparaître par hasard dans des zones autrement non celtiques, la majeure partie du reste de mon livre était consacrée au tamisage et à la cartographie détaillés, dans le but d’établir la gamme géographique des noms celtiques (Sims -Williams 2006, 301, 304, cartes 11.1–2) plutôt que leur densité (Sims-Williams 2006, 173–305).

Même « prise à sa valeur nominale », la carte « 90% » d’Oppenheimer (comme les cartes « 100% » qui viennent d’être mentionnées) montre que la toponymie « d’apparence celtique » de la France est au moins aussi dense que celle de la péninsule ibérique, et que la péninsule a de grandes étendues qui ne semblent pas du tout celtiques, tant au sud qu’à l’est. La distribution des noms personnels celtiques dans les inscriptions latines donne la même impression (Raybould & Sims-Williams 2009, 48; Sims-Williams 2012b, 439; voir la figure 2 ci-dessus). Ces blancs ne sont pas ce à quoi on pourrait s’attendre si le Celtic se propageait vraiment de l’Atlantique.

celtic-looking-brig-briga-bria-names-sims-williams-2006
Noms de lieux BRIG « d’apparence celtique » (cf. Sims-Williams 2006, 49–53, 308, 328). Les chiffres indiquent des carrés où il y a 1+ exemples. Les carrés pleins ont des noms en -BRIA qui sont peu susceptibles d’être celtiques.

De plus, la Celticité de la péninsule ibérique est exagérée sur toutes ces cartes. Près de la moitié des noms péninsulaires pertinents contiennent des versions celtiques de la racine proto-indo-européenne *bʰr̥gʰ- ‘haut’ qui en celtique a développé la forme distinctive * brig-, d’où les mots celtiques *brig-s et *briga, qui ont donné Old Irish brí et gallois bre respectivement. Ces mots celtiques insulaires signifient simplement « colline », mais sur le continent, le sens semble être « colline fortifiée » ou « oppidum » et dans le nord-ouest de l’Hispania briga est souvent traduit par castellum dans les sources latines. (Luján 2011; Sims-Williams 2006, 49-53, 307, 328; Untermann 2018, 136). (…) Sur mes 153 emplacements en Hispanie avec des noms « celtiques » (Sims-Williams 2006, 142–51), 62 (41%) incluaient BRIG (ou ses variantes BRIC, BIRIK, BRIS, BRIA), le la deuxième chaîne la plus populaire étant SEG (ou SEK) « puissance, victoire », dans 17 endroits (12 pour cent).

Ainsi la toponymie celtique d’Hispanie est fortement orientée vers BRIG et est beaucoup moins variée que celle de régions comme la France et la Grande-Bretagne. Ce manque monotone de variété suggère qu’il manque de profondeur chronologique. De plus, à côté de vrais composés celtiques comme Sego-briga « puissance – colline fortifiée» (en Celtibérie), nous trouvons de nombreux hybrides avec des premiers éléments non celtiques ou même latins, par exemple Conim-briga (maintenant Coimbra, Portugal) et Flavio-briga (Castro Urdiales), Espagne), le nom de cette dernière colonie ayant remplacé Amanum portus selon Pline (Natural History 4.20.110). De tels hybrides peuvent parfois n’indiquer rien de plus qu’une prise de conscience du prestige de la culture celtique dans la manière dont les créations anglaises modernes comme Bourn-ville et Minnea-polis reflètent le prestige du français et du grec. Il est bien connu que des éléments de toponymie étrangers peuvent être empruntés dans des communautés bilingues puis répartis dans des zones non bilingues, un exemple typique de la toponymie galloise étant cnwc ‘hill’, du cnoc irlandais (Wmffre 2007, 54-6).

Un autre exemple est *burg- de la racine proto-indo-européenne *bʰr̥gʰ-. Cela a été emprunté par les Romains au germanique (ou à une langue telle que « East Alpine Indo-European ») comme « tour de guet, citadelle » de burgus, un mot qui est ensuite apparu dans les noms de lieux latins aussi loin que l’Afrique du Nord (Sims-Williams 2006, 4, 317–18). De la même manière, le briga celtique était peut-être un terme courant pour désigner divers types de collines fortifiées et d’oppida dans la péninsule ibérique bien en dehors des régions celtiques (cf. Gorrochategui & Vallejo 2019, 340 n. 11; Luján 2019, 327-81; Sims-Williams 2012b, 44). Et dans les régions où les noms celtiques sont par ailleurs rares, le briga / castellum peut indiquer des intrusions celtiques relativement récentes (Luján 2011). Compte tenu de la chronologie des collines fortifiées dans la péninsule (Arenas-Esteban 2012, 36; Fernández-Götz 2018, 146-7; Lorrio & Ruiz Zapatero 2005, 222), il est difficile d’imaginer que de nombreux noms péninsulaires -briga sont beaucoup plus anciens que le premier millénaire avant JC.

pre-roman-palaeohispanic-languages-peoples-iberia-300bc
Peuples paléohispaniques préromains ca. 300 avant JC. Voir la carte complète. Image modifiée à partir de la version de Wikipedia, un bon exemple de la façon de diffuser les mauvaises idées sur les langues paléohispaniques.

Celtique du centre

Une vision plus économique de l’origine des langues celtiques, en accord avec les preuves historiques et linguistiques, pourrait se présenter comme suit (cf. Sims-Williams 2017a, 432–5). Le celtique a vraisemblablement émergé comme un dialecte indo-européen distinct vers le deuxième millénaire avant JC, probablement quelque part en Gaule (Gallia / Keltikê), d’où il s’est répandu dans diverses directions et à différentes vitesses au premier millénaire avant JC, supplantant progressivement d’autres langues , y compris les indo-européens —lusitaniens et « indo-européens des Alpes orientales » sont des candidat — et les non-indo-européens —candidats sont rhétique, aquitain / proto-basque, « ibérique », « tartessien » et picte (Rodway 2020; Sims-Williams 2012b , 431); et vraisemblablement il y avait des dizaines d’autres langues dont nous ne savons rien, surtout en Europe du Nord.

Les raisons de suggérer la Gaule (incluant peut-être une partie de la Gaule cisalpine) sont: (i) elle est centrale, évitant d’avoir à supposer que le celtique a été parlé sur une vaste région pendant très longtemps tout en évitant d’une manière ou d’une autre les grandes divisions dialectales (cf. Sims -Williams 2017a, 434); (ii) il maintient le celtique assez proche de l’Italie, ce qui correspond à l’opinion selon laquelle l’italique et le celtique étaient en quelque sorte liés au deuxième millénaire (Schrijver 2016). Au cours du premier millénaire avant JC, le celtique s’est répandu dans l’est de la péninsule ibérique (probablement bien avant l’époque d’Hérodote et d’Hérodore), dans le nord de l’Italie (comme en témoignent les inscriptions lépontiques au sixième siècle: Stifter 2019), en Grande-Bretagne, et peut-être déjà en L’Irlande (bien que l’Irlande ne soit pas documentée), et aussi vers l’est, atteignant finalement la Galatie en Turquie au troisième siècle avant JC (comme documenté dans des sources grecques).

Enfin, dans la dernière partie du premier millénaire avant notre ère, le celtique s’est peut-être encore développé et consolidé dans de nombreuses régions, à l’est et à l’ouest, avant d’être dépassé par l’expansion de l’empire romain. « Celtique du centre » peut manquer de la profondeur temporelle et des lieux exotiques qui plaisent aux romantiques, mais l’hypothèse économique esquissée ci-dessus est réaliste et correspond aux faits connus. Selon César, le centre de la France était occupé par les Galli (Gaulois), qui se faisaient appeler Celtae dans leur propre langue (Guerre des Gaules 1.1), et selon Tite-Live, c’était la patrie des Gaulois qui ont émigré en Italie. C’est un lieu évident pour l’ethnogenèse celtique.

(…) Même l’hypothèse ci-dessus implique un écart d’un millénaire peut-être entre l’émergence hypothétique de la langue celtique et sa première attestation dans les inscriptions lépontiques du VIe siècle av. À l’heure actuelle, nous n’avons aucune preuve linguistique directe de ce qui s’est passé pendant cette période

La plus ancienne strate hydrotoponymique

Des arguments similaires peuvent être trouvés dans Busse (2007), résumé dans Udolph (2009):

Le projet de Busse, qu’il ne propose que dans les grandes lignes, « vise à trouver une réponse à la question, dans quelle mesure les hydronymes fournissent une image significative de l’histoire de la colonisation précoce des groupes de population de langue celtique, en utilisant et en regroupant les résultats des études précédentes et projets sur le thème de « celticité » (Busse 2007: 91f.). À la suite de H. Krahe et tout à fait correctement, il s’agit principalement de noms d’eau basés sur des mots pour « eau, rivière, débit » etc. En tenant compte des études des régions germaniques, baltes et slaves, il développe les questions clés suivantes :

  • Une zone de « hydronymie celtique » identifiable peut-elle être considérée comme le noyau d’une expansion celtique, c’est-à-dire une patrie originale?
  • Dans quelle mesure ce noyau coïncide-t-il avec l’expansion de la culture Hallstatt ou La Tène?

Afin de trouver des réponses à cela, il traite des noms d’eau qui sont en territoire celtique mais qui sont d’origine pré-celtique, ainsi que des noms celtiques. Soyez inclus Ainos, Aenus, Dubis fl./Doubs, Douglas et cognates, Devy / Devon, Devoke Water, vieux dobur irlandais avec nfrz. Douvre (1128 Dobra), Douvres (environ 380 Dubris), Verdouble a. 79 Verno-dubrum, etc. Espagnol Dobra et autres, allemand Tauber, anglais Dover; le clan autour de Glanis, Glanum, Glanon, Glan, Glene, Glane; bava <*gweh₃w- 'Fango', cf. kymr. baw « saleté, saleté »; borm- / borw- / borb- <*bʰer- « monter, mur, fermenter, cuisiner » à Borbro (Bourbre), Borvo (n) 'Quellgott', Formio, en France Bormane (Ain), Bourbonne (Aube), La Bourbre (Isère) et bien d'autres; brig- <*bʰr̥gʰ-à * bʰeregʰ- « haut, sublime », peut-être avec le sens « cours supérieur » en Brigia (Braye = Loir), Brigulos (Saône → Rhône) et bien plus encore; esk-/isk-<*peisk-, moyen ir. esc « eau » avec Esca / Escia / Hisca (Isch → Saar) et autres; fruta- <*s(w)rutu-, cf. welsh fjF-wd, irlandais sruth 'Sturzbach', à Frudis, rivière à Belgica etc.

Dans la conclusion, les résultats sont résumés à l’aide d’une carte de répartition: « Comme premier résultat préliminaire, y compris le matériel cartographique, on peut dire ce qui suit: L’hydronymie celtique est distribuée dans un espace situé sur la frange nord des Alpes le long du Danube , et s’étend jusqu’aux cours supérieur et moyen du Rhin et du Rhône, y compris les affluents. La zone de départ de la culture de Hallstatt ne correspond pas à cette zone, même si les découvertes les plus importantes de West Hallstatt et des premières découvertes de La Tène se trouvent dans cette zone » (Bus 2007: 97).

busse-celtic-hydronymy-france
Carte des anciens noms de rivières celtiques européens et apparentés. Modifié d’après Udolph (2009).

Outre preuve

Des données plus récentes sur l’endroit où la patrie celtique se trouvera probablement à l’aide de l’ADN ancien :

  • Sur les origines génétiques des Celtibériens de type campaniforme de France, et des Lusitaniens de type campaniforme d’Ibérie: North-West Indo-Europeans of Iberian Beaker descent and haplogroup R1b-P312.
  • Sur les origines de type campaniforme de France / Allemagne du Sud de l’ascendance Steppe dans le « cluster italique », et les origines plus récentes de l’ascendance de type balkanique et égéenne dans le « cluster étrusque »: R1b-L23-rich Bell Beaker-derived Italic peoples from the West vs. Etruscans from the East.
  • Des échantillons R1b-rich Palafitte-Terramare de langue italo-vénétique poursuivant l’ascendance de type campaniforme en Italie jusque dans les peuples italiques historiques permettent que cette intrusion de l’ascendance nordique proprement dite du « cluster italique » sélectionné artificiellement puisse être liée à l’arrivée des peuples qui ont parlé celtique nucléaire. Il est actuellement impossible – sans un transect géographique et temporel complet – de discerner quelle ascendance correspond à quels groupes récemment arrivés.
  • biagini-2020-france-structure-tree-basques-brittany
    Diagrammes à secteurs montrant la distribution spatiale des haplotypes déduits par l’arbre fineSTRUCTURE. Chaque graphique à secteurs est un département, tandis que les couleurs correspondent aux grappes décrites dans l’arborescence au-dessus de la carte. Voir la figure 1 pour les noms de département. Les astérisques indiquent les départements avec un seul échantillon. Image modifiée de Biagini et al. (2020). Pour plus d’informations sur les clusters, consultez la figure supplémentaire 9 (téléchargeable gratuitement).
  • Alors que les populations modernes sont au mieux déroutantes (et au pire déformantes) en ce qui concerne les populations anciennes et leur identification ethnolinguistique, à la fois The genetic history of France, , par Pierre et al. Eur J Hum Genet (2020), et The place of metropolitan France in the European genomic landscape, , par Biagini et al. Hum Genet (2020), soutiennent la nature de l’ascendance basque moderne comme (principalement) un vestige de peuples acculturés de l’âge du fer celtique commun des Pyrénées méridionales qui se sont isolés et ont étendu le basque à sa distribution connue au Moyen Âge. Cela était déjà suspecté de l’ascendance des Ibères modernes dans Bycroft et al. (2018), et a été confirmée par Olalde et al. (2019).
  • france-basques-britany-normandy-neolithic-ehg-whg-steppe-ancestry
    Cartes montrant la distribution de la dérive partagée entre les différentes populations ancestrales et les populations modernes (X dans les statistiques f3). Panneaux: A f3 (Western Hunter Gatherers, X; Mbuti), D f3 (Europe_Early Neolithic, X; Mbuti), E f3 (Steppe Early Middle Bronze Age, X; Mbuti). En France, les départements de moins de deux personnes ne sont pas représentés. Modifié de Biagini et al. (2020).
  • Nouvel article sur les similitudes basques-celtiques des concepts du « diable rouge » et du « sorcier noir » : Reflections on Some Ethno-linguistic Parallels between Celts and Basques, par Mikhail Zélikov JIES (2020) 48: 1 & 2 (pas encore officiellement publié). Bien que je ne sois pas un fan des comparaisons mythologiques, et que cet article semble plutôt faible sur de nombreux détails paléolinguistiques spécifiques, je suis sûr que de nombreux parallèles de ce type seront trouvés entre les deux langues interagissant au nord des Pyrénées.

Conclusion

Les données paléolinguistiques suggèrent que la plupart des ancêtres trouvés parmi les échantillons d’Europe centrale associés à East Hallstatt, comme l’échantillon de Hallstatt Bylany de hg. R1b-FGC4183 – et les groupes plus anciens riches en R1b dérivés du campaniforme provenant d’Europe centrale et orientale – seront plus probablement liés à des langues ancestrales indo-européennes du nord-ouest (et peut-être que certains d’entre eux deviendront non indo-européens) communautés, dont les langues se sont éteintes après que la petite population parlant le celtique commun proche des Alpes occidentales s’est développée de manière explosive, à partir du tournant du 2 e millénaire av.

En fait, l’ascendence de type campaniforme de France des migrants entrants (probablement des champs d’urnes) au cours de l’ethnogenèse des Celtibériens, les premiers à bifurquer à partir d’un tronc celtique commun, offre une preuve solide de cette réalité génétique. Les futurs tests probables comprenant des échantillons de Hallstatt (comme ceux de Slovaquie) dans l’espoir de trouver une origine traditionnelle des « Celtes » en Europe centrale et orientale seront aussi utiles que d’autres tests simplistes que vous pourriez trouver couramment dans la génomique des populations, comme ceux assimiler “ascendance des steppes” aux « Indo-européens ».

NOTE. La découverte de contacts (italo-)celtiques-ouraliens qui doivent être retracés aussi loin que leur probable Danubien supérieur-alpin est encore plus convaincante sur l’origine d’Europe centrale et occidentale des Celtes voisins non indo-européens d’Europe centrale et orientale. terre natale à la fin du 3 e au 2 e millénaire avant notre ère…

late-bronze-age-urnfield-culture
Expansions de l’âge du bronze tardif (y compris la culture des champs d’urnes de langue celtique commune) ca. 1250 – 750 avant JC. Voir les cartes complètes.

Mon beau-père avait l’habitude de dire que « il n’y a rien de plus embarrassant qu’une personne âgée portant de vieux vêtements », probablement un dicton de son village frontalier (d’origine portugaise), faisant référence à la façon dont les personnes âgées devraient au moins essayer de montrer qu’elles n’ont pas abandonné tout intérêt pour le monde réel qui tourne encore autour d’eux. Après trois ans à passer au crible des articles interminables sur les origines ethnolinguistiques des peuples indo-européens, je peux affirmer avec certitude que ce dicton peut également être extrapolé aux théories académiques: il n’y a guère plus embarrassant dans le domaine des études indo-européennes que les chercheurs essayant de défendre des hypothèses dépassées, surtout quand cela est fait contre toutes les nouvelles données; et, pire encore, lorsque ces théories correspondent aux propres théories précédentes, correspondant sans surprise et non à l’origine au préférable ceux d’un point de vue nativiste.

Les celticistes et les archéologues en général ont offert au cours des dernières décennies un ensemble important de nouvelles preuves dénigrant les images traditionnelles des peuples autochtones d’Europe qui ne meurent jamais vraiment, y compris non seulement les Celtes perpétuels britanniques et ibériques de l’ouest , mais aussi les récits déjà traditionnels de Celtes venant d’Europe centrale et orientale. Une image zombie qui a été renforcée par la vision pseudo-mythique et anachronique de Gimbutas des « peuples des kourganes » du 2ème millénaire, que certains érudits s’efforcent de faire vivre aujourd’hui malgré les nouvelles données archéologiques et génomiques écrasantes qui la contredisent. Voici ce que Sims-Williams (2020) a à dire à cet égard :

J’ai fait valoir ci-dessus, et ailleurs (Sims-Williams 2012b, 440), qu’au lieu d’une telle spéculation effrénée, il serait préférable de travailler soigneusement à rebours à partir des premières données philologiques connues au milieu du premier millénaire av. Lorsque nous le faisons, nous émettons l’hypothèse plausible que le celtique n’a pas besoin d’avoir commencé à se propager d’une patrie centrale (à peu près la France) bien avant c. 1000 avant JC. Cette hypothèse économique représente un point de départ raisonnable pour les travaux futurs et est ouverte à la falsification par la découverte de nouvelles inscriptions ou d’autres données.

Mutatis mutandis, l’étude de cas ci-dessus peut être utile à ceux qui envisagent les géographies linguistiques préhistoriques d’autres régions. Pour ne citer qu’un exemple, certains archéologues ont une « présomption », sur la base de la « culture de la céramique cordée », qu’une « certaine forme de germanique a été parlée dans le sud de la Scandinavie à partir de 3000 av. J.-C. », alors que « les linguistes ont rarement la langue germanique elle-même a vu le jour bien avant 500 avant JC » (voir Mallory et al.2019, 1483). Dans de telles situations, les archéologues et les philologues doivent reconsidérer la nature et la validité des preuves qu’ils utilisent.

Voir aussi

Join the discussion...

It is good practice to be registered and logged in to comment.
Please keep the discussion of this post on topic.
Civilized discussion. Academic tone.
For other topics, use the forums instead.
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments